Duo de cirque dansé à démaquiller
Tout public
Durée : 35 minutes

Sans un mot, mais accompagnés de quelques massues et d’un tube de rouge à lèvres, deux personnages s’amusent à recréer la vie.

Deux corps, deux identités, mais une parfaite connexion.
La preuve… Quand l’un éternue, c’est l’autre qui se mouche !

A deux, ils vont créer un langage corporel singulier pour raconter les souvenirs et traumatismes que les mots ne peuvent exprimer. Adaptant des techniques de cirque (jonglerie et acrobatie) à la danse et au mime, « Texture » propose un puzzle imagé, constitué de grimaces, de tics et de mouvements concrets. Dans une communication singulière, le duo s’approprie les mots et les idées, les presse et les compacte pour n’en conserver que leurs textures.
La communication entre les deux personnages, puis la communication entre le public et les acteurs ne naît pas des mots mais du mouvement. Ils instaurent un langage physique, utilisant des codes universels mais les détournant, les revisitant, sans en donner explicitement les clés de lecture.

Ce langage s’offre sous les yeux du public, qui pourra alors y donner différents sens.

 

Libreté

Duo de cirque dansé à déplumer

Tout public
Durée : 40 minutes

 

 

« Libreté ouvre un espace brut et épuré, terrain de jeu où s’inscrit la vision du monde que portent deux enfants sur le monde.
Leurs corps traversés par le cirque et la danse s’amusent à recréer les adultes qui les entourent.

Des plumes volent, la poésie s’installe, les illusions des enfants disparaissent, laissent place à leur doutes, à leur espoirs… »

 

 

 

 

Muchmuche company propose un projet de performance,  il s’agit d’une adaptation sur mesure de la matière artistique de la compagnie. Le projet est de construire en partenariat avec l’organisateur un spectacle « one shot » en utilisant les particularités spécifiques de l’évènement.

La durée, le positionnement du public, l’insertion des éléments extérieurs, constituent autant de bases à prendre en compte pour créer le cadre de la performance et inciter la matière à exister différemment.
Ainsi le bitume, le sable d’une plage ou d’une carrière, un escalier en colimaçon, un chemin de fer, un hangar, une foret, le toit d’un immeuble sont autant de terrains de jeu à expérimenter pour inventer de nouvelles histoires.

Ces performances trouvent leur origines dans le goût que nous avons développé pour l’improvisation. La tension dans laquelle nous plonge l’excitation provoquée par l’inconnu, l’idée que tout se créer « ici et maintenant », que le spectacle s’écrit sous les yeux d’un public sont autant de moteurs pour les interprètes, autant de conditions pour les pousser hors de leurs habitudes.